La part des anges

Le quai de Conti, il remontait
Mégot au bec,
Bien haut le goulot, il descendait
Bouteille cul-sec.

Rue de Rivoli, talons et guigne,
Elle descendait
Ses hauts jupons aux bas qui filent
Elle remontait.

Ici-bas rien ne change
Non, ange au cœur tendre
Il est comme ça,
Là-haut, non ne change
Rien ton cœur à fendre,
Tu le fendras.

Anxieux comme pas deux, il remontait
La pente aride,
En feuille morte, il descendait
Vers sa Néréide.

H’reuse comme pas deuze, de ses grands ch’vaux,
Elle descendait,
Sur son piédestal, dans son estime Ô
il remontait.

Ici-bas rien ne change
Non, ange au cœur tendre
Il est comme ça,
Là-haut, non ne change
Rien ton cœur à fendre,
Tu le fendras.

Vautré au bar, il descendait
La part des anges
Et de Chinaski, il remontait
L’moral des anges.

Pauvre demoiselle, de son nuage
Elle descendait,
Fissa les bretelles, de son mec de rage,
Elle remontait.

Ici-bas rien ne change
Non, ange au cœur tendre
Il est comme ça,
Là-haut, non ne change
Rien ton cœur à fendre,
Tu le fendras.

Rue de Rivoli, elle remontée,
La clope au bec,
Comme une pendule, elle démontait
Ce pauvre mec.

La tête dans le cul, il descendait
La part des anges
Et de Chinaski, il démontait
L’moral des anges.

Ici-bas rien ne change
Non, ange au cœur tendre
Il est comme ça,
Là-haut, non ne change
Rien ton cœur à fendre,
Tu le fendras.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *